Un lot de closoirs vendu aux enchères à Narbonne

Un lot de 19 closoirs, déposés d’un plafond d’une maison de Lagrasse, a été mis en vente le 17 mars dernier, par l’étude de Me Meyzen, commissaire-priseur à Narbonne. Une publicité dans la Gazette de l’hôtel Drouot alerta des membres de la RCPPM qui a leur tour alertèrent la DRAC de Languedoc-Roussillon et le STAP (Service Territorial de l’Architecture et du Patrimoine) de l’Aude.

La RCPPM demanda un rendez-vous à Me Meyzen dont elle apprit quelques détails. Le propriétaire aurait souhaité vendre l’ensemble des closoirs ; ce ne fut pas possible, car des travaux au rez-de-chaussée avaient scellé certains closoirs dans l’enduit d’un mur ; on ne pouvait donc plus les détacher. La maison n’était pas protégée au titre des Monuments Historiques; rien ne s’opposait à leur vente, si ce n’est le caractère mutilant de cette vente. Me Meyzen avait pris en photo le plafond concerné avant dépose : l’organisation spatiale des closoirs n’était donc pas perdue. Il a aimablement communiqué ses photos à la RCPPM.

D’une certaine manière, le pire était évité. Me Meyzen n’avait pas choisi de disperser les closoirs en plusieurs lots. Restait à ne pas les laisser quitter la région et s’enterrer dans une collection privée. La DRAC est intervenue auprès de la ville de Lagrasse qui a tout de suite manifesté son intérêt. Avec une aide importante de la DRAC, elle a pu se porter acquéreur du lot à la vente.

Ces closoirs sont de très belle facture, on devine une main talentueuse, sous le noir de fumée qui en recouvre certains. Dans le lot vendu figurent de très beaux portraits, d’hommes et de femmes, jeunes et vieux, et des marques de marchand. Est encore en place une suite d’animaux fantastiques. Il reste évidement à étudier les deux plafonds décorés de cette maison. Peut-être la marque de marchand sera-t-elle un jour identifiée.

Il est tentant de dater les closoirs de ce plafond des environs de 1500. Il ne ressemble ni à celui de l’ancien presbytère ni à celui de la maison Sibra qui sont approximativement ses contemporains et renvoie à un atelier très puissant ou à des ateliers travaillant au même moment à Lagrasse.

Cette découverte renforce encore l’importance de Lagrasse dans l’art des plafonds peints. La ville de Lagrasse souhaite mettre en valeur ces nouvelles acquisitions qui rejoindront prochainement les collections de la « Maison du patrimoine de Lagrasse » installée depuis 2000 dans l’ancien presbytère.